Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 22 février, opération !

Publié le par sushi

On vient me réveiller (encore) un peu avant 7h. Les infirmières ont passées la nuit à venir prendre mes constantes. C'est la première chose qu'on me fera le matin au réveil. On me dit qu'il est possible que je passe la première, donc hop hop hop, direction la douche à la bétadine pour la 2ème fois, et me voilà prête, dans ma superbe blouse d'hôpital. J'attends devant la télé pendant qu'on me prend mes constantes encore, et l'infirmière me dit qu'elle n'attend plus que le coup de téléphone du bloc et que l'on viendra me voir pour que je prenne des médicaments avant de partir (décontractant + anti acide). Il est déjà 9h, c'est sûr, je ne passerais pas la première. J'envois quelques textos et range mon téléphone.

Un peu avant 10h, j'entends le téléphone des infirmières sonner. Mon coeur s'accélère. L'infirmière entre dans ma chambre. C'est l'heure. Je prends mes médicaments, m'allonge dans le lit et attend le brancardier. Le stress monte doucement plus je sens que l'on se rapproche du bloc. Les minutes semblent interminables. On m'installe dans un couloir, d'où je peux voir les patients qui sortent du bloc. J'ai perdu la notion du temps. Je ne sais pas combien de temps j'attends. Pendant un moment je pense même à me lever du lit et à partir en courant. ( à poil dans un hôpital!) Une dame vient me chercher, je passe de mon lit au plateau de bloc. Elle me conduit dans la salle d'opération, je sens qu'il fait froid, il y a quelques personnes à l'intérieur.

Je reconnais le médecin de la veille qui m'a dit qu'il avait changé le planning. C'est donc lui qui va m'opérer. J'essaye de me détendre. L'anesthésiste prend son temps pour trouver une veine. Petit picotement au passage de l'aiguille. Il me pose un masque, parait que c'est que de l'oxygène (mon cul oui!), je sens déja que ça tourne. J'entends les bip bip des batements de mon coeur qui ralentissent au fur et à mesure, je ne veux surtout pas m'endormir, j'ai l'impression que je vais mourir! Après une forte inspiration, plus rien, le trou noir.

 

Réveil un peu difficile, "j'ai mal" seront mes premiers mots. J'ai mal à la gorge, au dos et dans l'abdomen. On me demande de situer ma douleur sur une échelle de 1 à 10. Je réponds 5. J'ai mal, mais ça reste correct. C'est un peu confus tout ce temps en salle de réveil. On me donne du perfalgan et du spasfon en perf. Je ne réalise pas tout de suite, mais ma sonde gastrique a déja été retiré, super, c'était mon apréhension ! Je me souviens de l'infirmière qui vient me voir pour me dire que ma mère a appelé.

Je retourne dans ma chambre, à un moment j'apperçois l'heure, il est 16h45. J'espère que mes parents et mon chéri vont bienôt arriver. Il me faut des visages familiers.

A leur arrivée, je fais un petit malaise, apparemment dû à la chaleur dans la chambre. Je ne me souviens pas trop de leur venue, ils ne restent pas longtemps, je me rendors comme une masse à leur départ.

Je mets plus de 2h à réussir à faire pipi, il était temps, sinon c'était la sonde. C'était pas sans mal quand même, je suis pas une pro du pipi dans le pot, alors j'ai un peu fais partout.

J'ai mal à l'estomac, je demande des calmants, mais ma dernière poche de perf me sera mise à minuit. La douleur sera très gérable. Je passe une nuit assez mitigée, je sonne souvent (cause pipi).

 

Maintenant, mon estomac ressemble à ça!

 

sleeve.jpg

 

Commenter cet article